Le shiatsu

Le shiatsu, qu'est-ce que c'est ?

« Shi Atsu » signifie « pression des doigts » en japonais.

Basé sur les méridiens d'énergie de la médecine traditionnelle chinoise, le shiatsu se pratique sans aiguilles et habillé.

Le Shiatsu a été élaboré, dans sa forme globale et rythmée, par les japonais et reconnu en 1955 par le Ministère nippon de la Santé comme une médecine à part entière (précisons au Japon et non ailleurs dans le monde) ; il est apparu en France dans les années 1960/1970, introduit par les maîtres d’arts martiaux et les moines zen.

Cette discipline manuelle japonaise permet de préserver la santé et de renouer avec sa capacité psychique de guérison.
La personne recevant le shiatsu est dit « receveur.euse ».

Il vise en particulier à entretenir ou faire retrouver l’équilibre physiologique en faisant circuler l’énergie « Ki » (qi ou chi suivant les transcriptions) par un enchaînement rythmé de digipressions, mais aussi d’étirements musculaires et des méridiens d'énergie, de massage et d’apposition des mains (« shiatsu fluidique »).
Mes séances débutent toujours et avant tout par l'écoute durant l'échange avec le receveur.euse, les mots employés par la personne pouvant être révélateurs d'indices qui me guident dans l'orientation de la pratique. La prise des pouls selon la méthode de la médecine traditionnelle chinoise, vient compléter cette prise de contact ainsi que d'autres signes comme la voix, le teint, les yeux, le ventre,...

Je constate par expérience, que mon approche et mon type de shiatsu sont particulièrement adaptés aux personnes en quête de ressourcement psychologique (déprime, dépression, BO, anxiété, stress...), ou en questionnement pour trouver un nouveau souffle professionnel, voire d'inspiration (pour les artistes),
et apprécié d'elles, sans doute en raison de mon parcours d'accompagnement dans le monde du travail et du développement personnel.
C'est un peu comme si le shiatsu servait de "starter" et de "reset" pour un renouvellement, et de réconciliation avec soi-même, avec autrui et l'environnement.
Quand on vient pour recevoir un shiatsu, c'est que l'on a déjà fait le premier pas qui compte sur la voie d'une résolution. Reste à libérer les mémoires engrammées dans le corps qui cherchaient à s'exprimer par des maux sous la surface des mots. Je dis souvent qu'avec cette discipline, les méridiens et leurs points (tsubos) nous révélons le vocabulaire corporel qui nous permet d'apprendre le langage de notre psyché.